mercredi 6 décembre 2017

Quelques nouvelles neuves

Il y a bien longtemps que je n'avais pas mis ce blog à jour. 

Mes chroniques musicales ont pris un sacré coup à la mort de David Bowie et même si j'ai continué à écouter de la musique et découvert quelques bijoux dont il faudrait vraiment que je vous présente, j'ai perdu un peu le mojo. 
Je vais tenter de reprendre de bonnes habitudes. Après tout, les bonnes résolutions en début d'année, ça sert aussi à ça.

La petite tournée des salons et librairies pour accompagner la publication de Malheur aux gagnants s'est, pour l'instant, achevée avec la très belle édition des 14èmes Rencontres de l'imaginaire de Sèvres fin novembre. Un excellent moment, assurément. Les quelques pistes de séances de signature évoquées en fin d'article précédent ne se sont pas concrétisées pour l'instant, on verra si j'ai de nouvelles propositions. 

Concernant la littérature populaire, j'ai eu le plaisir de voir être édités deux romans. Je ne reviendrai pas forcément sur Malheur aux gagnants, présenté en long, en large et en travers, sinon pour remercier Jean-Jacques Régnier pour son travail éditorial sur ce roman. Jean-Jacques, de son œil avisé, a traqué la moindre inexactitude de mon roman, et il y en avait, malgré ma vigilance. Il m'a également aidé à fignoler l'intrigue, à la rendre la plus solide possible et sans lui, assurément, Malheur aux gagnants ne serait pas le même. Déjà, il n'aurait pas ce titre, c'est dire si le travail de Monsieur Régnier a été capital. Alors mille mercis à lui !
Sinon, je pense bien avoir présenté le roman avec mes petits articles sur le making-of. Je ne pense finalement pas en rajouter de ce côté là. 



L'autre roman, c'est Merhaba

Merhaba est un polar social plutôt réaliste, sans une once de fantastique et pas très fantaisiste non plus, il faut l'avouer. Je me suis inspiré de mon travail d'assistant social auprès des demandeurs d'asile pour élaborer une intrigue d'actualité. Enfin, d'actualité, le roman a dormi pendant plus de quatre ans sur mon disque dur mais il évoque des problématiques malheureusement encore bien actuelles. Il a bien failli sortir chez un gros gros gros éditeur mais ça ne s'est pas concrétisé. Il est alors reparti dormir un peu avant d'intéresser NaOH, un tout jeune éditeur qui l'a retenu pour être le deuxième titre de son catalogue. Ce qui m'a permis de travailler à nouveau avec François, pardon, Hari Wald, illustrateur de génie qui s'est déjà occupé de travailler les couvertures de 5 de mes 10 publications à ce jour, ce qui n'est pas rien. S'il y a bien une personne à remercier sur ce roman, c'est Hari car grâce à lui, le livre a une gueule terrible. Evidemment, il y a plein d'autres gens que je remercie mais pour les découvrir, il ne vous reste qu'à acheter le roman. Ce dernier sort en toute fin d'année. Peut-être à temps pour le sapin de Noël mais ce n'est pas certain. Quoiqu'il en soit, j'annoncerai sa sortie officielle bien sûr. C'est de l'impression sur demande, ce qui veut dire qu'il sera dispo en librairie (à la commande donc, mais la fabrication ne sera pas plus longue que le fait de le faire venir d'un entrepôt), sur les sites internet et autre... 


Quels sont les projets, muchacho ? 
Après une période un peu calme en terme d'écriture, je reviens tranquillement au clavier...
Déjà, j'ai Tattoo Blues, mon polar seventies, envoyé à ce jour auprès de quelques éditeurs, en espérant qu'il retienne leur attention. Et je croise les doigts pour le proposer plus rapidement que Merhaba. On verra bien... Au début, du fait de son écriture mouvementée (perte du premier tiers dans un crash informatique, grosses pauses dans la rédaction...), je l'ai bouclé un peu effrayé de ce que le résultat donnerait. Et toute modestie mise à part, je dois avouer que je suis pas mécontent du tout du résultat. Personnellement, je serai bien en peine de dire si ce polar est réussi ou pas, s'il se montre à la hauteur, non pas de ses modèles bien sûr, mais de l'hommage que je voulais rendre à ces derniers mais je pense avoir réussi à saisir l'esprit polar 70's que je voulais travailler. C'est déjà ça !


Niveau écriture: deux travaux pour l'année 2018 que j'espère concrétiser. Le retour d'un personnage que j'ai déjà côtoyé il y a bien des années (petit, énervé et costumé, pour tout dire) et un beau projet avec des enquêteurs de l'étrange dans la France rurale des années 1950...
Après, j'ai d'autres envies, du polar notamment (à Venise dans les 70's, au Mexique de nos jours, à Fouras en 1942, voyez, ce n'est pas ce qui manque...) mais d'abord je vais tenter de me discipliner un peu et de m'en tenir à ce qui est prévu. Chaque chose en son temps... Même si je ne suis pas à l'abri de me faire parasiter le cerveau par un boulot envahissant qui bousculera la file d'attente. C'est déjà arrivé.

Je crois que j'ai tout dit pour l'instant, les amis. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire